La formule : Matière grasse + Soude -> Savon + Glycérine.

Pour réaliser un savon, il faut de la matière grasse (huile,beurre...) et de la soude, essentielle à la réaction de saponification !

Il existe deux méthodes de fabrication: à chaud (savons cuits) et à froid.

Pour les savons cuits, la soude sera en excès, la pâte de savon sera rincée pour enlever l'excédent. Pour la méthode à froid, la soude sera soit en quantité suffisante pour saponifier soit en diminution pour un surgraissage...Le surgras? Quézaco ? Patience, ce sera un prochain post.

A l’origine des premiers savons durs au monde :Le savon d’Alep.

Son procédé de fabrication originel, fait appel aux produits locaux abondants dans cette région: l'huile d’olive et l’huile de baies de laurier. Ce sont les seuls ingrédients que vous devez voir sur l’étiquette, s’il y en a une !

 La fabrication est restée artisanale et la transmission du savoir-faire de père en fils. Avec une découpe artisanale et manuelle, son mode de séchage en tours, à l’abri du soleil pendant 9 mois minimum en font un savon tout à fait authentique. Normalement estampillé par le sceau de la savonnerie, il est cubique, aux contours irréguliers. Sa couleur marron fait sa particularité, il s’est oxydé pendant le séchage. D’ailleurs si on le coupe au couteau, le cœur sera plutôt vert.

Un autre vieux savon : Le véritable savon de Marseille.

L’appellation « savon de Marseille » a été déposé pour le procédé de fabrication, malheureusement pas pour la composition. Ce qui explique qu’aujourd’hui certains sont fabriqués en Chine ou en Italie !avec des ingrédients complètement surprenants !

Le vrai...c'est un savon élaboré avec 72% d’huile d’olive, saponifié avec un excès de soude, cuit et rincé à l’eau salé. Lors de cette étape dite le relargage, le savon sera séparé de la soude en excès et de la glycérine, vendue en cosmétique ou en pharmacie pour la fabrication des crèmes par exemple. Seules deux savonneries Françaises réalisent encore le véritable trésor.

Puis arrivent les savons industriels et les transparents glycérinés.

Industriels, ce sont tous les autres...En fait, la majeure partie des savons du commerce ! Fabriqués à partir de bondillons (granulés), élaborés à partir d’huile de palme (moins chère), provenant de Malaisie essentiellement, auxquels sont ajoutés parfums et autres ingrédients…faciles à repérer : largement parfumés, tous lisses et sur l’étiquette en 1er ingrédient « sodium palmate ».

Les transparents glycérinés, comme leur nom l'indique, sont réalisés avec de la glycérine! Dermatologiquement parlant, sans intérêt...par contre, pour égayer la salle de bain... à voir ! ou pas !

Et le meilleur pour la fin ! Le savon à froid.

Un des plus vieux à froid, c'est le savon de Castille, fabriqué à base d'huile d'olive uniquement.

La méthode est simple. Le savonnier, en général petit artisan, élabore sa formule à base d'huiles végétales et/ou de beurres végétaux. A cette base, il va ajouter (après calcul) la quantité de soude nécessaire pour la saponification, jamais en excès. Il ajoute le tout, avec ou sans parfum, huile essentielle, argile, lait végétal ou animal...la réaction de saponification va prendre plusieurs jours, jusqu'à être totale, avec la possibilité de mettre à disposition ses produits en ayant respecter une période de séchage d'au moins 4 semaines !

L'intérêt majeure de cette méthode est de ne pas dénaturer les huiles puisqu'elles ne seront pas chauffées, ainsi que de conserver la glycérine puisque la pâte de savon n'est pas rincée!

Secret des avelines a choisi cette méthode. Notre huile est fabriquée à partir des noisettes du verger. Elle est saponifiée dans notre laboratoire, et les savons sèchent naturellement sur des claies. Toute jeune entreprise, nous augmentons le stock peu à peu, afin de proposer des savons avec un temps de séchage plus long...ils se conserveront mieux lors de l'utilisation.

Il me semble que maintenant vous en savez plus ?! Alors, on regarde les étiquettes...Prochain post, les savons liquides !